A toi qui samedi a volé la vie de tes enfants... A toi qui samedi a volé leur insouciance, leur gaieté, leur avenir... Sache que tu n'as pas volé que ça... Tu t'es oté toute chance de redevenir un père normal. On t'avait pourtant fait confiance en te confiant ces enfants et toi, tu as brisé toute possibilité de te faire confiance un jour... Tu as rechuté dans cette violence que tu avais sûrement camouflé pour que les enquetteurs sociaux te confient à nouveau tes enfants... 

A toi qui a brulé le temps qu'il te reste à vivre... Et d'ailleurs, comment peux-tu encore vivre ? Comment peux-tu survivre à ce que tu as fait ? Tu es leur père. Tu devais les protéger, les aimer, les amener à une vie d'adulte... Tu as confondu ton rôle. Tu n'es ni Dieu ni le destin. Tes enfants ne t'appartenaient pas, tu n'avais pas le droit de les tuer ainsi. Tu pensais peut-être te venger de leur mère... Mais ces enfants ne lui appartenaient pas non plus... Tu as volé à cette maman le bonheur de les voir grandir, vivre heureux, leur bonne humeur, les moments forts partagés ensemble et aussi le droit d'être un jour grand-mère... Tu t'es volé à toi aussi ces moments !

Tu as volé aussi toute gaieté aux grands-parents des enfants. Tu leur as pris leur moteur de vie. Tu leur as volé leur avenir... As-tu des parents ?

Mais tu ne t'es pas contenté que de cela... Tu nous as pris à nous tous une part de notre insouciance et de notre gaieté. Tu as appris à ma fille de 9 ans et mon fils de 10 ans ce qu'était un meurtre. Et, pire encore, un meurtre d'enfant, un enfanticide... Et, pire encore, la signification du mot "égorgé". Avant toi, mes enfants n'avaient jamais imaginé qu'un papa pouvait tuer ses enfants. Avant toi, mes enfants dormaient chaque nuit sans problème...  Depuis toi, leur petite tête cogite dans le noir total... leur questions sont morbides et j'ai tellement de difficulté à leur répondre... Avant toi, mes enfants étaient des enfants, maintenant ils sont encore des enfants, mais sont fortement différents... Tu as changé la vie de tous ces enfants qui cotoyaient tes enfants au quotidien... La vie d'un enfant c'est sacré et tu leur en as pris un peu de leur vie... 

Toi qui buvais apparemment un peu trop... Toi qui avais sûrement beaucoup d'autres névroses... Toi qui as tué tes enfants... Tu as eu une deuxième chance et tu as grillé toute possibilité d'en obtenir une troisième. J'espère que tu seras tenu pénalement responsable et que tu auras suffisamment de soins pour comprendre ce que tu as fait. Je n'ai aucune rancune... Je souhaite que tu sois rongé de l'intérieur par ce que tu as fait. Je souhaite que ta vie s'écourte par le simple souvenir permanent de ce couteau que tu as utilisé sur tes propres enfants. Je souhaite qu'un jour tu entres dans la conscience !

Cet après-midi, j'irai avec mes enfants, rempli de conscience, participer à cette marche blanche... mes pensées ne seront pas pour toi, bien que tu hantes mes nuits depuis que j'ai appris la terrible nouvelle alors même que je ne t'ai jamais rencontré. Mes pensées seront pour tes enfants et tous ceux qui les aimaient... J'irai pour que mes enfants fassent le deuil de leur copain. J'irai pour qu'ils avancent et digèrent un peu plus cette horreur que tu leur fais subir... Chaque minute est un pas pour nous depuis samedi... Je n'ose imaginer la longueur du chemin à parcourir pour la maman de tes enfants, pour leurs grands-parents... Nous les soutiendront, évidemment... 

Entre dans la conscience.......